Méthodologie et architecture de préservation des connaissances à long terme - Approche de préservation dynamique et architecture multi-couches

Doctorant : 
Directeur(s) : 
Co-responsable(s) : 
Date de début : 
septembre 2009
Date de soutenance : 
Jeudi 28 juin 2012
Institution locale : 

La préservation des informations numériques est l'un des objectifs de la création et la gestion d'un système d'information dans une entreprise. Cette préservation des informations et des connaissances devient cruciale en terme de sécurité et au niveau des services liés aux produits. Elle s’appuiera principalement sur des fondements scientifiques issus des travaux de recherche autour de la représentation et du partage des connaissances. Notre problématique de recherche concerne plus spécifiquement la Préservation des Information et Connaissances à Long Terme (PCLT ou LTKR en anglais pour Long Term Knowledge Retention) en garantissant la traçabilité, la réutilisation et la sécurité de l'information numérique. L’objectif  est de proposer une méthodologie et une architecture pour l’archivage des connaissances liées aux cycles de vie des produits.

Nous avons structuré notre travail de recherche en quatre parties génériques. La première partie concerne l’identification des besoins de la préservation à vision préservation à long terme, la deuxième s’intéresse aux aspects Gestion des Connaissances (GC ou KM en anglais pour Knowledge Management), la troisième partie présente la préservation numérique et enfin la quatrième partie se concentre sur une nouvelle proposition. Dans le contexte des travaux de préservation numériques, nous avons identifié les aspects qui affectent la préservation préoccupations, d'après les recherches de préservation à long terme précédente. Afin de construire la connexion entre la KM et l’archivage électronique, nous proposons une méthodologie KM étendue de la méthodologie CommonKADS. Les objets de connaissance de sortie sont l'entrée de la plate-forme de l’archivage électronique. Nous avons étudié les plates-formes libres de l’archivage électronique, et nous avons réalisé l’analyse fonctionnelle sur les plates-formes existantes.

Enfin, nous avons étendu le modèle de référence OAIS (Open Archival Information System) pour développer un système d’archivage. Nous avons ajouté quelques fonctionnalités supplémentaires que celles proposées par l’OAIS sur la plateforme de conservation numérique. Afin de résoudre l'écart entre le système dynamique espéré et le flux d’archivage statique existant, nous proposons une architecture dynamique multicouche pour la préservation à long terme. Ainsi, la plate-forme d'archivage pourra réagir rapidement aux changements du processus de système d’information dans l’entreprise.

 

MOTS-CLES : Préservation à long terme ; gestion des connaissances ; archivage électronique ; OAIS ; MadPK