PREDAFLU

Date: 
January 2016 to December 2020
Leader: 
CHU St Etienne
DISP leader: 
DISP Participants: 
Partners: 

CHU St Etienne, CHU Grenoble, CH Valence, CH Villefrance-sur-Saone

Laboratoires VIRPATH, GIMAP, DISP

Les épidémies liées aux infections respiratoires hivernales virales (rhinovirus, virus respiratoire syncytial, grippe) sont un véritable enjeu de santé publique. Si ces infections respiratoires aigües touchent l’ensemble de la population, elles poussent les plus fragiles (nourrissons et personnes âgées) à recourir aux structures hospitalières d’urgences. Ces infections virales respiratoires sont bien documentées depuis que les laboratoires hospitaliers se sont dotés des outils permettant d’identifier rapidement l’agent étiologique (PCR). Or, cet afflux brutal de patients participe fortement à la mise en tension des Services d’Accueil des Urgences (SAU) qui devront faire face à des difficultés importantes liées au nombre élevé de patients à hospitaliser en période hivernale. La dynamique de ces flux (amplitude, durée) et la caractéristique des patients varient considérablement d’une année à l’autre et d’un hôpital à l’autre du fait d’une part de l’évolution des virus en circulation et d’autre part de la structure locale du réseau de soin primaire. Ces éléments compliquent l’organisation d’une réponse locale qui, actuellement est déclenchée sur la base des données de la surveillance nationale. C’est pour répondre à cette problématique que nous proposons ce projet de recherche qui vise à doter les établissements hospitaliers et leur SAU de leurs propres indicateurs locaux permettant d’être alertés à moyen et à court terme de l’arrivée d’un flux de patients fragiles atteints par un virus respiratoire hivernal. L’alarme à moyen terme aura pour objectif de permettre à l’établissement de mettre en œuvre, de manière préventive, sur la base d’indicateurs validés scientifiquement et partagée par tous, des moyens pour faire face à l’afflux de ces patients. L’alarme à court terme se déclenchera uniquement si les indicateurs collectés en temps réel indiquent que les moyens mis œuvre sont insuffisants, et qu’il sera nécessaire d’agir afin d’éviter une situation critique en terme d’organisation des soins. Pour mettre en place ces indicateurs, nous allons utiliser en temps réel deux bases de données complémentaires et disponibles issues des systèmes d’informations hospitaliers : une base clinique (les données d’activités journalières des SAU pédiatrique et adulte) et une base virologique. Ces données seront utilisés initialement de manière rétrospective pour créer l’indicateur de suivi, qui sera testé prospectivement puis amélioré chaque année selon les nouvelles données afin d’obtenir une précision suffisante. Pour permettre le traitement des données dans l’objectif de produire une détection précoce de l’afflux de personnes âgées et fragiles au SAU, nous utilisons des méthodes de traitement de données avancées issues des théories du traitement du signal.